Dimanche soir, ne pouvant plus trop repousser la procrastination à neuf heures du soir je mets « Into the Wild » à enregistrer sur Canal + _ et je ne remercierais jamais assez Canal, de combler la lamentable programmation des Cinemas d’ici, où quand un film pas box office passe il passe une fois (si tu l’a raté c’est dans le baba). Je monte dans ma chambre/ bureau.

 

[Un jour je serai une vraie nantie, et j’aurais une pièce qui ne me servira que de bureau. Sur mon bureau en toute autre matière que du mélaminé de meuble suédois il y aura un Mac, le plus cher possible, assez puissant pour jouer aux Sims 12 (oui d’ici là on sera à la version 12, celle ou le Sims sort de l’écran de temps en temps et tu peux te le taper, ce qui pour une éternelle célibataire comme moi est une perspective assez rassurante). Il y aura un fauteuil club dans un coin genre ambiance très cocooning, et j’aurais un placard où j’enfermerai un esclave chinois qui corrigera mes copies.]

Je prépare ma prochaine séquence sur le sublime « Diarios de motocicleta » pour les 4ème choupinets bilangue. Je prévois :

_ une carte détaillée de l’Amérique du sud pour qu’ils marquent le parcours d’Ernesto et d’Alberto

_ un texte à trou pour le début du film.

_ une recherche sur les différentes affiches selon les pays montés en power point.

_ un questionnaire genre fiche de lecture, mais en fait c’est une fiche de visionnage, pour que les neuneus regardent pas bêtement, et qu’à la fin du film quand tu demandes comme ça, négligemment « Au fait comment s’appellent les personnages ? » on te regarde pas comme si tu voulais une dissert de trois pages avec pour sujet « En quoi les évènements liés au voyagent font émerger la prise de conscience politique des personnages. »

 

Il est onze heures et demi, je peux aller me coucher…

 

7h00 (le lundi c’est grasse mat, les autres jours c’est cinq heures). J’emballe mon ordinateur, je prend les hauts parleurs (les miens à moi, on n’a pas le budget pour acheter des hauts parleur dans mon collège... pwofitation !).

8h15 : départ pour le bahut.

8h45, j’arrive au bahut et vais dans le bureau de la gestionnaire récupérer le vidéoprojecteur (oui parce que quand même dans l’éduknat on a de la chance, ça je l’ai pas encore acheté avec mon propre argent !)

8h50, ah la bonne blague, quelqu’un a pris le vidéoprojecteur que j’avais réservé, pour la matinée, parce que quitte à installer le matériel, autant rentabiliser l’installation.

8h53, je me déclare en gwève, parce que bordel, putain, fait chier quoi, je me suis déjà sorti les doigts à préparer des trucs, j’ai pas en plus préparé un plan de secours !

8h54 la gestionnaire me demande pourquoi je ne prends pas le deuxième vidéoprojecteur qui lui se trouve toujours dans son bureau, dans la foulée je lui réponds « parce que la dernière personne qui a pris ce vidéoprojecteur là (maldito sea) a omis de le rendre avec le câble d’alim ». Dans le même genre la dernière personne qui a pris le portable a mis un code l’entrée la dernière fois qu’il l’a prit, et a également oublié de mettre le câble d’alim dans la malette. Note pour plus tard, mettre Pepe Carvalho sur le coup… C’est quoi cette affaire des disparitions des câbles d’alim ?

8h55, la gestionnaire me dit qu’elle doit aller voir la principale et me plante là, en fouillant un peu dans le placard du matériel je trouve un câble. Je vois s’il correspond au vidéoprojecteur, Alléluia ! Fin de la grève spontanée, le service public est sauvé.

8h57, toujours pas de photocopies… Putain c’est quand même mieux la photocopieuse en libre service !

9h00, ça sonne je vais en classe.

9h02 la classe est rentrée je commence à installer le matériel. Bavardages. J’avais donné une recherche à faire en sur Che Guevara (pas en Français). Sur 23 élèves 15 ont fait la recherche. Je précise que c’est une bonne classe. Sur 15 trois ont pris des notes sur une feuille. Le reste à imprimé une feuille qu’ils n’ont même pas lu. En lisant certaines feuilles je me suis aperçu que toutes parlaient d’un voyage fait par le Che dans sa jeunesse. A la question « quel expérience marquante le jeune Ernesto Guevara a-t-il vécu dans sa jeunesse ? » Aucun élève n’était capable de répondre. (Putain qu’est ce qu’ils sont cons alors). Je rétablie le calme à coup de menaces et exécution des menaces.

9h20, après avoir écouté la bio de quelques élèves nous pouvons commencer la projection du film, je met le film dans mon lecteur…Coupure de courant (me cago en la madre que te parió)… Révision des prétérits…

9h22, le courant est rétabli, à cause de la coupure le PC ne reconnaît plus le vidéo-proj, il faut redémarrer… Trouver une activité pour faire patienter les élèves.

9h25, ordinateur redémarré, reconfiguré, mon écran apparaît contre le mur jaune (oui, jaune, je vais demander à ce qu’on peigne un carré de peinture blanche dans toutes les salles pour les projections…. je sais je rêve)

9h26, je constate que mon ordinateur ne lit pas le DVD,

9h 34 après plein d’essais, redémarrage, pestage, envie de balancer le portable contre le mur, ou le dvd, ou ma tête, questionnage : pourtant vendredi il lisait parfaitement le DVD du manuel scolaire… Testage du DVD de bonus dans la machine… il passe… Bon tant pis, on va faire un travail sur la bande annonce, et sur les affiches, c’était prévu de toutes façons…

 

12h00 pour le lendemain je teste le DVD sur le portable du collège, ça passe parfaitement…

12h36 arrivée à la maison je teste le DVD sur mon lecteur de salon, il passe.

 

12h40, je suis au bord des larmes de rage ! Pourquoi ce putain de DVD m’a foutu mon cours en l’air ??? Pourquoi il passe partout sauf sur mon portable qui lit tous les autres DVD ? Pourquoi moi la reine des Tices je passe toujours pour une looseuse auprès de mes élèves à cause de mystère technique comme ça ?

 

Loi de Murphy dite de l’emmerdement maximum alinéa 100047 : C’est toujours le DVD qu’on avait prévu de passer ce jour là en cours qui passe dans tous les lecteurs sauf dans celui qu’on a sous la main….